TRIBUNE LIBRE

Le système panique !

1 Décembre 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Société

Ce dimanche aura lieu le premier tour des élections régionales où le Front National est en passe de faire d'excellents scores. Il n'en faut pas moins pour que le système se mette en branle.

Le système panique !

Avant les attentats (1), pour Manuel Valls, le vrai danger était le Front National et cela faisait déjà quelques temps que les médias relayaient en boucle cette idée. Depuis le 13 novembre, cette idée socialiste, ou plutôt "républicaine", continue son petit bonhomme de chemin. Mais, l'actualité due au cauchemar Parisien du mois dernier ayant monopolisé, à juste titre, l'information, les Français n'ont donc pas eu leur dose de propagande anti Le Pen. Il faut donc y remédier et mettre le paquet durant cette dernière semaine de campagne.

Le premier journal, ou plutôt organe de propagande car un journal se doit normalement d'être neutre, à frapper fort est "La voix du Nord" avec une Une plus qu'explicite :

Le système panique !

Le "journal" lui-même définit cet article comme étant "une double page anti-FN". Pour Jean-Michel Bretonnier, rédacteur en chef, "Le FN est aux portes du pouvoir dans deux grandes régions qui peuvent devenir des bases solides pour se rapprocher du pouvoir au niveau national". Ce monsieur dirige-t-il un journal ou un parti politique ? Étant donné que ce discours est le même que celui du Parti Socialiste, je m'interroge donc légitimement. La question des perfusions d'argent publique, notamment les 9 millions d'euros pour la chaîne de télévision Wéo "dans laquelle le groupe compte 34 % du capital", se pose également. Mais cela reste de la propagande à laquelle de plus en plus de français semblent rester hermétiques.

Là où nous voyons vraiment que le système panique, c'est lorsqu'un politologue et un avocat font appel au Conseil d’État pour faire reporter les élections. En effet, Thomas Guénolé s'inquiète, à juste titre, "des dangers d’agression terroriste auxquels le pays demeure exposé". Mais le motif de cette démarche est toute autre. Selon le politologue, "les circonstances exceptionnelles rendent impossible, actuellement, le déroulement d’opérations électorales libres et sincères". Pour vous expliquer cela plus simplement, les attentats de novembre risquant de faire gagner plus de voix au Front National et les prévisions de l'élection régionale de dimanche ne lui convenant pas, il faut tout reporter au jour où l’état d’urgence aura été levé. Thomas Guénolé va même jusqu'à dénoncer "une atteinte au droit à la libre expression du suffrage" si celui-ci venait à avoir lieu. Rien que ça...

Chers amis, le système transpire à grosses gouttes sur une éventuelle victoire du FN lors de ces élections régionales. Déplaçons-nous en masse afin de lui montrer qu'il a bien raison de s'inquiéter et que nous souhaitons reprendre la France en main, élections après élections !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article