TRIBUNE LIBRE

Manuel Valls est responsable !

18 Mars 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Faits Divers

Il a déclaré vouloir combattre le FN et apparemment, certains sympathisants ont pris le premier ministre au mot et sont allés agresser une candidates des Yvelines âgée de 83 ans.

Manuel Valls est responsable !

Marie-Francoise Lagroua, suppléante de Kamélia Ignatov, dans le canton de Sartrouville, collait, seule, des affiches électorales dans cette commune près de Paris, quand elle a été frappée avec son seau de colle par un homme et une femme âgés d'environ 25 ans, qui l'ont traitée de "raciste" et menacée de mort avant de lui verser le contenu du récipient sur la tête. Voilà où nous en sommes : la gauche, apeurée de perdre de trop nombreux élus face au Front National, envoie ses milices pour tabasser des personnes âgées. N'est-il pas beau l'esprit du 11 janvier ?

Manuel Valls, qui "revendique la stigmatisation" du parti patriote, est responsable de cette agression. Dans une interview, il accusait le programme du Front National de "jeter les Français les uns contre les autres", mais ce ne sont pourtant pas les militants du parti à la flamme qui vont agresser physiquement les candidats des autres formations politiques. L'obsession du premier ministre aura valu à la malheureuse victime une importante bosse sur le front ainsi qu'un hématome au visage, mais dieu sait ce qu'il serait advenu si une enseignante, qui passait à proximité en compagnie d’un groupe d’élèves, n'avait pas mis fin à l’agression. Philippe Chevalier, patron du FN, dans les Yvelines a réagi : "Nos adversaires perdent les nerfs et en viennent à commettre des voies de fait sur nos candidats, jusqu'aux plus âgés et aux plus faibles". Sont-ce là les "valeurs de la république" dont nous bassinent les socialistes à longueur d'année ? Alors je suis fier de ne pas les incarner.

Au mois de février, un article de "Libération" avait pour titre "Le FN au pouvoir : un risque de guerre civile ?" (1), ironique n'est-ce pas ? Surtout lorsque les dérapages du Front National se limitent à quelques commentaires sur les réseaux sociaux qui sont immédiatement sanctionnés par le parti. La violence ? Elle vient de la gauche. La preuve aujourd'hui dans de nombreux journaux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article