TRIBUNE LIBRE

Génération des enchantés.

26 Juin 2015 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

Génération des enchantés.

Elle est pas magnifique notre jeunesse de France,

Qui se bouge, qui se bat contre l'indifférence,

Si prompte à se lever pour prendre la défense

De ceux qui n'ont pas eu dans la vie, la même chance.

Elle est pas merveilleuse, cette jeunesse de France

Qui refuse  qu'on pratique, parfois avec violence,

Au nom du vivre-ensemble et de la tolérance

Amalgame et stigmatisation à outrance.

Elle est pas formidable, cette jeunesse de France

En ces temps difficiles et de désespérance

Qui trouve des raisons pour que le monde avance

Et refuse la fatalité d'un pays rance.

Ah les belles âmes empathiques et compassionnelles

Qui jouent aux justiciers dans ce monde cruel,

Les belles consciences qui s'improvisent comme des rebelles

C'est bô, ça vous a un faux air de Barjavel.

C'est qu'il faut du courage et de la volonté

Pour, à contre-courant des idées exprimées,

Oser défier la majorité des Français

Sur les notions "immigration, propriété".

D'abord, ils furent peu, tout au plus une poignée,

Irréductibles combattants pour l'égalité

Qui trouvèrent injustes les règles appliquées

Se proclamèrent zorro et voulurent les changer.

C'est ainsi qu'une maison jadis inoccupée

S'avérera l'emblème de leur lutte entamée,

Vide, elle était symbole du principe d'équité

Qui veut que chacun ait un toit pour se coucher

Et tant pis pour la propriétaire lésée,

On ne laisse pas son domicile inhabité.

Ils étaient beaux, nos résistants enfoulardés

Justifiant leur action, comme en 40, masqués,

Si convaincus de la justesse de s'opposer

Ils durent battre en retraite face à l'adversité,

Non sans avoir sur les murs leur avis tagué

Et leurs doléances en général exposées.

Juvénile impatience et son parfum d'acné

Sont mignons ces jeunots qui voulaient aux grands jouer,

On leur pressa le nez, il en sortit du lait,

Papa, maman sont fiers d'avoir subventionné...

Plus récemment, comment ne pas s'émerveiller

De ces jeunes entretenus par la société

Qui osent s'outrager, qui osent s'indigner

Quant à la dure situation des immigrés.

C'est à Chateau-Landon, caserne désaffectée

Qu'ils ont pris position, trop fiers pour demander

Si leur présence ne risquait pas de déranger,

A part des vieux miséreux et désargentés

Qui attendaient la distribution de denrées

Histoire de ne pas trop, de famine, crever.

Comme c'était joli, cette publicité

Où l'on vit cette jeunesse ardente et exaltée

Couverte par des médias si bienintentionnés

Qu'on fit partir les vieux "pour leur sécurité".

Il parait qu'on entendit des propos racistes

De la part de ces vieux sans doute capitalistes

Qui toute leur vie ont profité d'une manne fasciste

Proprio, locataires, peut-être communistes.

Ils étaient si nombreux, ils étaient plus de cent,

Presque trois-cents pour une centaine de migrants

Pour info, les repas de l'armée du salut

Seront digérés par ceux qui se disent exclus

So-solidarité avec les immigrés

Scandent-ils, tous joyeux du joli pied de nez.

Ah c'est que l'Autre importe plus que nos retraités,

Notre génération sera renouvelée

Et papi et mamie seront lors remplacés

Par celui qu'on adore venu d'autres contrées.

Elle est belle la jeunesse, il est beau l'avenir

Une jeunesse abrutie et lobotomisée

Sans  réflexion, soumise à la stricte pensée

Génération Identitaire saura leur dire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article