TRIBUNE LIBRE

Sisco : le fin mot de l'histoire.

18 Août 2016 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Islamisation

Hier, nous avons abordé la manipulation médiatique de l'affaire "Sisco" visant à victimiser les musulmans, et aujourd'hui nous allons vous dévoiler le fond de cette affaire.

Sisco : le fin mot de l'histoire.

Ces derniers jours, les merdias ainsi que les gauchistes s'insurgeaient contre les Corses qui avaient osé provoquer des pauvres baigneurs musulmans venus profiter de la plage de Sisco afin de mieux les passer à tabac. Le monde de gauche où, mêlant le fantasme du blanc raciste à une bonne dose d'ethnomasochisme, les musulmans sont d'éternelles victimes restera comme celui de Peter Pan : imaginaire.

Voici le fin mot de toute cette histoire :

Contrairement à ce que la propagande merdiatique a essayé de nous faire avaler (1), ce sont bien les maghrébins les responsables. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Nicolas Bessone, procureur de Bastia. Tout au long de la journée, multiplication des incidents avec un certain nombre de personnes (jet de pierres, insultes, menaces...) afin de privatiser la plage "dans une logique de caïdat" Voici ce qui se passe et ce qui va se multiplier dans les années à venir au fur et à mesure que la population islamique grandira sur notre sol. Ils commenceront par essayer de s'approprier un petit bout de territoire (comme ici, une crique à Sisco) et s'ils ne constatent aucune résistance, ils tenteront d'élargir la zone. Jusqu'où ? Réfléchissez et vous trouverez vite la réponse...

Plus que jamais, dans les années à venir, il va falloir résister et la lutte sera difficile car ceux qui avancent masqués pour conquérir notre pays sont soutenus par des officines, comme le CCIF ou l'UOIF par exemple, elles-mêmes soutenues financièrement par le gouvernement de la république afin de matter les Français réfractaires à la prolifération de l'islam dans notre pays. Les Corses nous ont montré la voie à Sisco samedi dernier, à nous de suivre leur exemple en recréant aujourd'hui ce qui nous fait grandement défaut : une solidarité patriote.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article