TRIBUNE LIBRE

La gauche : entre boulettes et niaiseries.

23 Décembre 2015 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

La gauche : entre boulettes et niaiseries.
Alors qu'un attentat a été évité,
L'identité des instigateurs révélée,
Un Franco-marocain, un Franco-togolais,
Finie la déchéance de nationalité !
Dame Taubira, en personne, nous l'ayant appris
Au cours d'une émission de radio... algérienne !
Entre bêtise, bévue, toujours la même antienne
Qui ne cesse d'étonner, mais guère ou peu surpris.
Que des déclarations faites à l'emporte-pièce,
Des coups d'éclat pour faire admirer sa hardiesse,
Le tout et son contraire dans la même journée,
Et c'est ça qui serait censé nous gouverner.
Ca ferait peur si ça ne nous faisait sourire
Tant d'incurie, d'incompétence, mieux vaut en rire !
A croire qu'ils ont lancé un concours de boulettes
Où est récompensée la bourde la plus bête.
Après l'Académie, les palmes de la gaffe
Où Gaston serait le distributeur de baffes.
L'idée est séduisante, quoique peu réaliste,
En deux jours, le garçon serait mort d'épuisement.
C'est que ça carbure fort dans ce gouvernement
Pas une seule semaine sans que gonfle la liste
Des errements, aberrations ou niaiseries,
Contradictions, mensonges et autres gueuseries.
C'est que depuis trois ans, on atteint des sommets
Que l'on savoure, il faut le dire, en fins gourmets.
On croit toucher le fond mais ils creusent encore,
Bonne chance à l'auteur du livre de ces "records" !
On doit leur reconnaître cette ingéniosité
Une certaine constance, voire une continuité
A systématiquement dans l'erreur se vautrer.
La dernière dans laquelle, ils se sont empêtrés,
Enfin elles, car ce sont dames Boistard et Touraine
Qui se sont illustrées dans une drôle d'histoire,
Une affaire de sexisme, qui est de leur domaine,
Sauf que l'issue était un peu aléatoire.
C'est au liquide vaisselle qu'elles se sont attaquées,
Et ses messages subliminaux, si agressifs
"il faut pomper pour que ça gicle" si subversif
S'indignant, s'insurgeant telles des perroquets
"Sexe et torchon, la honte doit changer de camp"
Au passage, la version masculine oubliant
Car "c'est connu, le plaisir vient en astiquant"
Ah si j'étais un homme, je serais un client !
Dans toute sa splendeur, la vérité s'exprime
Vous n'êtes que des clowns à l'allure cacochyme.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article