TRIBUNE LIBRE

Le grand chapiteau socialiste - Partie 1.

10 Novembre 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Politique

Ces derniers jours, Myriam El Khomri n'est pas la seule à faire parler d'elle (1). Françaises, Français, prenez vite place ! Le spectacle socialiste est déjà commencé !

Le grand chapiteau socialiste - Partie 1.

Commençons avec Manuel "El Jefe" Valls, invité pour une conférence à Sciences Po le 3 novembre dernier. Le premier ministre a été accueilli par des huées ainsi que des slogans comme "la gauche, tu l'aimes ou tu la quittes" ou encore "Valls tire-toi". Malheureusement pour lui, la disposition des lieux a permis aux étudiants contestataires de se faire entendre des médias puisque le Premier ministre était obligé de passer par cette entrée pour pénétrer dans l’amphithéâtre. Une vidéo s'est répandue comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux, de quoi lui donner la tremblote pendant quelques temps !

Poursuivons avec le célèbre Thomas Thévenoud, même s'il n'est plus tout à fait socialiste. Souvenez-vous : en septembre 2014, la pathologie de ce député avait fait grand bruit dans la presse et sur les réseaux sociaux (2). En effet, le pauvre bougre se disait atteint d'une grave "phobie administrative" qui l'avait empêché de payer ses impôts durant trois ans et qui le terrorisait à l'idée de payer son loyer, ses procès verbaux ou encore son kinésithérapeute. Et bien rassurez-vous mes ami(e)s, le député de Saône-et-Loire, qui siège toujours à l'Assemblée nationale avec les non-inscrits, est enfin guérit ! Lors de son passage dans l'émission "L'atelier du pouvoir" sur France Culture le 7 novembre dernier, ce dernier a annoncé qu'il se représenterai en 2017. Quel courage ! Lui qui va devoir remplir tant de paperasserie... Malheureusement pour lui, je pense que les Français s'attendent à une rechute s'il venait à être réélu.

Au tour de Bernard Cazeneuve maintenant ! Comme tous ses petits camarades, il n'a qu'une seule obsession en cette période électorale : faire barrage au Front National. Le ministre de l'Intérieur a décidé de donner un petit coup de pouce au copain Frédéric Cuvillier, occupé à préparer sa reconversion dans la chanson paillarde de gauche. Bernard Cazeneuve a donc décidé de désengorger la "jungle de Calais", où s'entassent les clandestins, en envoyant ces "migrants" dans des centres de rétention administrative, éparpillés aux quatre coins de la France, pour quelques jours. Un tour de passe-passe destiné à diminuer ponctuellement le nombre d'habitants du campement à un mois des élections. Amis Calaisiens qui me lisez, profitez bien de cette accalmie car dès le 14 décembre, votre ville n'intéressera plus les socialistes. Les 6 et 13 décembre prochains, votez et votez bien !

Arrêtons-nous là pour aujourd'hui. Je vous donne rendez-vous dès demain pour la fin de ce pitoyable spectacle !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article