TRIBUNE LIBRE

État d'urgence idéologique.

17 Novembre 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Société

Trois jours après les attentats, le grand cirque politico-médiatique est de retour et met le paquet sur le "padamalgam". Au milieu de cette cacophonie mielleuse s'élève une voix lucide.

État d'urgence idéologique.

Vous ne la connaissez peut-être pas, elle se nomme Zineb El Rhazoui et travaille pour Charlie Hebdo en tant que journaliste. Pourtant, le fait de travailler pour ce journal satirique de gauche ne l'empêche pas d'être lucide au sujet du terrorisme et de s'attaquer, selon ses mots, à "l'slamo-fascisme". Invitée sur RMC dimanche dernier, Zineb El Rhazoui nous a offert un discours clairvoyant que beaucoup de patriotes Français auraient aimé entendre de la bouche même des politiciens. Malheureusement, ces derniers étant plus attirés par le clientélisme électoral que par la vérité...

Bref, selon la journaliste, "il est temps d'appeler les choses par leur nom. Il est temps d'aborder les vraies questions" et l'une d'entre elles est "pourquoi l'islam produit cet islamo-fascisme sous différentes formes" ? Nos élus nous répètent sans cesse que c'est la faute à la pauvreté et que c'est également dû au racisme des méchants Français de souche qui ne font qu'attiser la haine, etc. Je ne vais pas vous chanter toute la chanson, vous connaissez le refrain par cœur. Et bien Zineb El Rhazoui a une autre théorie bien plus juste et intéressante.

Selon elle, "nous avons accepté d'être les otages de cette façon de penser qui fait que quand nous nous en prenons aux plus radicaux des musulmans, nous sommes tout de suite taxés de racisme". Et voilà. En une phrase cette journaliste résume tout le problème. Critiquer les musulmans ou dénigrer l'islam, aujourd'hui en France, vous vaudra un passage au tribunal. Et comme le délit de blasphème n'est plus reconnu depuis 1881, il a donc bien fallu trouver un autre motif pour juger les Français qui ne veulent pas l'aimer. Et c'est là qu'intervient le racisme et les associations subventionnées pour le dénicher même là où il n'est pas.

Pour Zineb El Rhazoui, "il faudrait que nous arrêtions d'accepter que ces pleurnichards de la stigmatisation derrière leurs burqas ou leurs barbes nous imposent leur standard radicalisé comme étant le standard de toute une identité dans ce pays". Malheureusement, tant que nos politiciens, avides de gros salaires et de pouvoir, leur prêteront une épaule pour pleurer en échanges de quelques voix aux élections, cette mascarade n'est pas prête de cesser. Cette courageuse journaliste l'affirme, et je suis totalement d'accord avec elle : "nous n'avons pas à céder à ça" !

Zineb El Rhazoui parle juste et vrai, ce qui lui vaut d'ailleurs de vivre sous protection constante depuis l'attaque de Charlie Hebdo il y a dix mois. A cette journaliste, je voudrais dire deux mots : "bravo" et "merci" ! Pour finir, je vous laisse en partageant la vidéo de l'intégralité de son analyse qui vaut le coup d'être vue. Profitez bien car ce n'est pas demain que vous entendrez à nouveau un discours avec un tel degré de lucidité à la télévision.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article