TRIBUNE LIBRE

Zemmour relaxé par le tribunal correctionnel de Paris.

24 Septembre 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Société

Lors de l'audience du 24 juin, le Parquet avait requis une amende de 5 000 euros à l'encontre d'Eric Zemmour, poursuivi pour provocation à la haine raciale.

Zemmour relaxé par le tribunal correctionnel de Paris.

Le pouvoir n'aime plus Eric Zemmour. Avant la sortie de son ouvrage "Le suicide Français", le polémiste était un petit caillou dans la chaussure du gouvernement, mais depuis, c'est un menhir ! Il ose dire tout haut ce que des millions de Français pensent tout bas et que les socialistes aimeraient faire disparaître de nos cerveaux. Il gêne et en France, quand on gêne, on nous offre un petit séjour dans l'un des nombreux tribunaux politiques disponibles sur notre territoire.

Quel est le tort d'Eric Zemmour ? Avoir dénoncé "les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d'Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent" dans sa chronique sur la radio RTL. J'ai recherché l'émission en question pour vous, la voici :

Cette chronique avait valu à RTL une ferme mise en garde du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) mais ne vaudra pas de condamnation au polémiste. En effet, le tribunal correctionnel de Paris a estimé que les communautés visées par Éric Zemmour ne l'étaient pas dans leur ensemble. Les juges de la chambre de la presse ont souligné la connotation péjorative du terme de "bandes" employé par le journaliste. L'avocat d'Eric Zemmour, Me Olivier Pardo, pour qui ces poursuites avaient "peut-être un sens politique mais n'étaient pas juridiquement fondées" ne doutait pas de cette relaxe. Je serais lui, je me méfierais tout de même : le syndicat de la magistrature veille au grain ! La prochaine fois, car soyez persuadés que "prochaine fois" il y aura, cela ne se passera peut-être pas comme ça.

Ce que Zemmour décrit n'est que la plus objective réalité. La grande majorité de la petite et moyenne délinquance est liée aux populations qui ont récemment immigré sur notre territoire. Il suffit de lire les quotidiens locaux pour s'en rendre compte. Dans cette affaire, la police de la pensée a pris une énorme claque dans la figure et nul doute que ça ne doit lui plaire qu'à moitié. Ne nous réjouissons donc pas trop vite, car certains pourraient faire appel de cette décision de justice qui va à l'encontre des diktats de la bienpensance.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article