TRIBUNE LIBRE

Les incapables s'attaquent aux chômeurs !

28 Septembre 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Politique

C'est ce lundi que démarre officiellement le contrôle renforcé des chômeurs décidé par le gouvernement.

Les incapables s'attaquent aux chômeurs !

Salauds de fainéants qui vivent aux crochets de la société et qui ne cherchent pas de travail alors que la France connaît une période de plein emploi ! Comment ça "non" ? Ah oui, pardon, je n'avais pas vu les chiffres de la semaine dernière (1) qui indiquent que le chômage est toujours en constante évolution... Et l'inversion de la courbe alors ? Toujours pas ?

Trois étapes de flicage sont prévues. Pour la première, 200 agents de Pôle emploi, recrutés spécialement pour cette mission, sont chargés de vérifier les démarches du demandeur d'emploi. S'ils détectent un problème, on passe à l'étape 2, à savoir la demande de pièces complémentaires. Vient ensuite la fameuse étape 3 : Si, à ce stade, il n'y a toujours pas de réponse du demandeur d'emploi, c'est la sanction: quinze jours de suspension de droit pour le premier manquement et, en cas de récidive, jusqu'à six mois de radiation et donc d'interruption du versement des allocations chômage. Naturellement, pour prouver le bien fondé de ces contrôles, le gouvernement s'appuie sur des chiffres issus de trois régions-tests qui ont révélé que 50 % des chômeurs contrôlés dans les agences de Franche-Comté, 38 % dans celles de Poitou-Charentes et 20 % dans celles de la région Paca, ne recherchaient pas activement un emploi.

Alors certes, il faut pénaliser les fraudeurs... Mais nul doute que ce système va être utilisé pour mieux truquer les chiffres du chômage. C'est le jour du comptage ? Allez hop ! Une petite vague de suspension de 15 jours et les socialistes seront heureux ! François Hollande pourra parader dans les journaux télévisés et même se représenter à l'élection présidentielle de 2017. Et puis, c'est quand même mieux qu'une inscription directe pour le RSA non ?

Mais où sont passés les grands principes du président qui déclarait, le 1er mai 2012 :

Nous pouvons aisément lui retourner la question : alors, Môssieur le socialiste du camp du bien, pensez-vous que les chômeurs veulent rester chômeurs ? Apparemment oui, à la vue de votre "loi" ! "Ce qu'attendent les chômeurs c'est du travail" ! Mais ils savent déjà que ce n'est pas la gauche Française qui va leur permettre d'en trouver.

Bref, comme à leur habitude, les socialistes préfèrent s'attaquer aux conséquences de leur politique plutôt que de chercher à résoudre le problème à la source. Et, comme d'habitude, ce sont les Français modestes qui vont trinquer. A quand une loi pour contrôler si les incapables qui nous gouvernent font bien leur travail et, dans le cas contraire, leur supprimer leurs indemnités ? "Jamais car ce sont eux qui votent les lois" ? Effectivement, ça se tient...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article