TRIBUNE LIBRE

Victoire de la laïcité à Chalon-sur-Saône !

13 Août 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Société

Le maire Les Républicains (ex UMP) Gilles Platret a annoncé que le recours contre la suppression du menu sans porc dans les cantines de Chalon-sur-Saône a été rejeté aujourd'hui par le tribunal administratif de Dijon.

Victoire de la laïcité à Chalon-sur-Saône !

En mars dernier, nous vous avions parlé de ce courageux maire (1) qui avait pris la décision de supprimer les repas de substitution dans les cantines de sa ville sous couvert du principe de laïcité, prolongeant ainsi la liste des quelques élus ayant décidé de faire appliquer la loi Française sans dérogation (2).

Dès lors, la Ligue de défense judiciaire des musulmans, présidée par l'avocat controversé Karim Achoui, avait saisi le tribunal administratif de Dijon en référé, dénonçant "une atteinte à la liberté de culte et de conscience", et avait alors déposé un recours en justice, espérant suspendre cette décision et pourquoi pas, faire jurisprudence. Manque de chance pour l'avocat des voyous, le tribunal administratif de Dijon a finalement donné raison à Gilles Platret.

Selon Karim Achoui, "un enfant serait extrêmement traumatisé si une côte de porc lui était servie et qu'il était obligé de la manger alors qu'il lui est répété dès le plus jeune âge que c'est un interdit alimentaire". Défense pulvérisée par l'avocat du maire de Chalon-sur-Saône, Me Philippe Petit, qui a rétorqué que "la laïcité est une abstention et non l'obligation positive de fournir à chacun ce qu'il attend pour l'exercice de son culte en exigeant des prestations différenciées".

Rappelons qu'aucune loi Française n'oblige les maires à prévoir des menus de remplacement en cas d'interdit religieux. Il existe donc encore, à Dijon, des juges capables de faire respecter la loi qui stipule que le maire est en droit de fixer ses propres règles concernant la restauration scolaire puisqu’il s’agit d’un service public facultatif.

Espérons qu'à l'avenir, de nombreux maires hésitants prennent la même initiative que tous ces courageux élus (2) qui ont ouvert la voie. La justice étant de leur côté, plus rien ne peut les en empêcher !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lau 16/08/2015 11:47

qu 'en est il du poisson le vendredi dans les cantine????? vous parlez de laicité mais il ne faut pas aller que dans un sens, non? pourquoi il n'y a que les musulmans de touché, les chrétiens s'il vous plait également !!!!!!!!!!!! et les jours fériés en lien avec la religion??? ah ah je parie que là , il n'y a plus personne!!!!! soyez cohérent dans vos combats ridicules!!!!!!!!!!!!!!!!! C'est vrai qu'il n'y a pas plus important comme combat!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Jean Némarre 17/08/2015 20:19

Bonsoir Lau,

L'histoire du poisson à la cantine est le pire contre-argument qui circule sur le net... Pour la petite histoire, de 1993 à 1997, j'étais scolarisé dans un collège privé catholique sous contrat et je n'ai jamais (ou extrêmement rarement) eu du poisson le vendredi à la cantine. Comment je m'en souviens ? Il me semble que j'aurais été marqué de ne rien manger chaque vendredi pendant quatre ans, moi qui ais horreur du poisson.

Les quatre années suivantes, je les ai passées dans le publique. Les deux premières années, menu unique pour tout le monde et là non plus, pas de poisson le vendredi qui était le jour du poulet / frites. Il y avait des musulmans à notre table, et lorsqu'il y avait du porc, nous leur échangions contre une plus grosse ration d'accompagnements. Tout le monde était gagnant et on entendait personne chouiner à l'islamophobie.

Enfin, mes deux dernières années, aucun problème. Étant parti poursuivre mes études dans une grande ville, la cantine était un self donc tout le monde était content. Le poisson ? Une fois de temps en temps là aussi.

Pour me ressortir le couplet du "et les jours fériés en lien avec la religion", je vois de quel bord politique vous êtes. Quant aux combats, je ne juge pas les vôtres, je vous prierais donc d'en faire de même avec les miens.

Cordialement.