TRIBUNE LIBRE

Deux poids, deux mesures : norme de notre avenir ?

19 Juillet 2015 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

Deux poids, deux mesures : norme de notre avenir ?

Il est des évidences que l'on ne peut plus dire

Et des comparaisons que l'on ne peut plus faire,

Sauf à vouloir s'exposer à l'ire judiciaire

Ou le courroux de la Convenance encourir.

Il est des faits flagrants qui prêtent à réfléchir

Mais sous l'incitation de nos chers ministères,

Pain et jeux ont raison d'une éventuelle colère,

Loto, foot, météo, télé en point de mire.

Ces derniers temps, on ne peut donc que s'esbaudir

Des manipulations médiatiques outrancières,

Et le rapprochement entre deux fait-divers

Vous vaut, avec recul, un grand éclat de rire.

Ces derniers jours, un épisode caniculaire

"Contraint" la population locale à ouvrir

Les bouches d'incendies, ce, pour se rafraîchir

Car "ils n'ont ni piscine, ni accès à la mer"

Se justifie l'auteur et, de son bon droit, fier,

A tendance à se faire passer pour un martyr.(1)

Gaspillage, ils s'en foutent, c'est pour leur bon plaisir,

Ce que doivent apprécier les forçats de la terre,

Ses voisins , les agriculteurs et maraîchères

Qui voient leurs plantations et cultures dépérir,

Faute d'eau, le préfet vient de leur interdire (2)

D'arroser, tant pis s'ils finissent dans la misère.

Bah, pour se consoler, ils n'auront qu'à partir

En vacances, puisque c'est l'état qui rémunère (3)

Juste pour le voyage, 700 euros offerts,

Voilà qui devrait leur redonner le sourire.

Congés tous frais payés, princesse ne sait mentir.

Encore faut-il qu'ils en soient les bénéficiaires...

Cette aide étant réservée aux allocataires,

Pour mieux, leur pays d'origine, découvrir,

Le lien intergénérationnel maintenir,

Accessoirement, en faire profiter Ryanair.

Fort à parier plutôt qu'ils font partie du tiers

Des Français qui seront privés de ce loisir. (4)

François de souche n'ayant pas l'heur de satisfaire

Aux conditions pour, de cette manne, pouvoir jouir,

Sauf à se prénommer Mamadou ou Ramir,

Cultive son champ, sans regret, été comme hiver.

François n'est pas raciste, mais parfois s'exaspère

Que des gens du voyage s'installent et puissent détruire

Des années de travail. Pour les faire déguerpir,

Il a trouvé comme solution, tirer en l'air. (5)

Il aurait dû baisser culotte et laisser faire.

C'est qu'au pays des juges bisounours, réagir

Est une provocation, outrance à interdire,

Ce dont profiteront les trublions d'Asnières. (6)

6 mois de prison ferme, c'est le prix à subir

Pour avoir menacé sans blesser le moindre hère

Alors que nos jeunots, causant dégâts de guerre,

Auront à peine une remontrance pour les punir.

Un "deux poids, deux mesures" norme de notre avenir,

La preuve par trois de la préférence étrangère ;

Le Grand Remplacement n'est donc pas qu'une chimère,

Il va falloir les empêcher de tout détruire.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article