TRIBUNE LIBRE

Le tsunami de la pensée gauchiste.

5 Juin 2015 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

Le tsunami de la pensée gauchiste.

En ces temps merveilleux d'inversion des valeurs

Où l'anti fait sa loi, au gré de ses humeurs,

Distille son règlement, perfuse sa rancoeur,

Dénonce, comme il se doit, en collaborateur,

Nous assistons, pantois, médusés, sidérés,

A une parodie d'un monde civilisé.

Supporter, tolérer, accepter, approuver,

Saint Augustin l'avait en son temps déploré.

Maryvonne sera donc ravie d'être traitée

De raciste et facho pour n'avoir pas laissé

Sa maison aux antifas bien intentionnés,

Qui par ailleurs ont hébergé des "sans-papiers".

Elle devrait apprécier l'intrinsèque colère

De tous ces fils de... qui se dévouent pour leurs pairs;

Prendre conscience surtout que si elle récupère

Son bien, induit qu'elle met des gens dans la misère.

Propriétaire inoccupante capitaliste,

Oui ça existe encore la pensée communiste.

A 20 ans, ça vous colle d'office sur une liste,

A 40, ça regrette son passé socialiste.

Dans un autre domaine, l'anticonformité

A Versailles a montré sa créativité.

Sous couvert d'art moderne, des oeuvres dévoyées

Ont été, dans la cour du château, déployées.

Le vagin de la Reine, oeuvre ô combien charmante,

Ouvre aux visiteurs des perspectives succulentes.

N'en déplaise aux sceptiques et autres sycophantes

D'une fachosphère nauséabonde, intolérante.

entre "arrhes" comptant pour "rien" aux cochons de payants

et art content pour rien, d'un abyssal néant,

La culture en général étant à l'avenant

On regrette Mozart, Rodin, Hugo, Rembrandt.

Mais l'acmé de l'anti, c'est cet antiracisme

Qui, au nom d'un sacro-saint égalitarisme,

Condamne jusqu'à l'idée même du patriotisme,

Classé entre chauvinisme et nationalisme.

Quiconque aime son pays et défend sa patrie

Se voit traité et affublé des pires phobies.

Disqualifier l'adversaire par la maladie,

Le faire taire en l'amalgamant à la folie.

Une liberté réduite à la portion congrue,

Sous haute surveillance des ligues de vertu,

D'associations dont la malveillance est connue

Envers les autochtones et autres gens du cru ;

Sous la houlette de gouvernants bi-nationaux

Qui s'acharnent à détruire le vrai, le bien, le beau

En tirant vers le bas et à tous les niveaux,

Car dans leur utopie, tout le monde est "égaux".

Disparus les vestiges d'une civilisation,

Terminée la splendeur d'une antique nation

Tel est le but, la France vassale de cette Union

Autre objectif, Houellebecq l'écrit dans "soumission".

Y-a-t-il encore l'espoir d'une révolution

Ou assisterons-nous à cette destruction

Sans piper mot, et sans aucune réaction ?

L'envisager valait de poser la question.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article