TRIBUNE LIBRE

Français, taisez-vous !

8 Mai 2015 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

Français, taisez-vous !
Il fut un temps ou l'on pouvait parler de tout
Sans crainte de subir un quelconque courroux,
A part la honte d'être accusé de mauvais goût,
A fleurets mouchetés, se confrontaient bagouts.
Satire, pamphlets, libelles et autres invectives,
Diatribes enflammées et polémiques vives
Se réglaient par la plume ou par quelques horions,
Quelquefois, les cas extrêmes par l'estramaçon.
Il fut un temps plus proche où l'ironie cinglante
Faisait réponse aux provocations virulentes,
Humour, second degré, insinuations flagrantes,
Le verbe haut, talent d'une écriture puissante.
Le terme alors de cette "liberté d'expression"
L'était dans son sens propre et toute son acception.
"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites..."
Citation voltairienne apocryphe, pour limites.
Mais ça c'était avant, "le changement c'est maintenant"
Tout comme l'a asséné notre "cher" présiflan.
Et ce n'est pas la loi sur le renseignement
Erigée et votée dictatorialement
Sous prétexte de ficher de futurs talibans,
Qui va améliorer nos rapports inconstants.
Ainsi, on voit fleurir nombreuses accusations
A l'encontre de ceusses classés d'opposition.
Depuis trois ans, 6 mai, se sont multipliées
Menaces et injonctions, à l'égard de Français
Qui n'ont fait que dénoncer certaines vérités,
Accusés de stigmatiser, d'ostraciser
Des populations qui ne veulent s'assimiler
Encore moins s'intégrer, ils sont du doigt pointés
Et la-dite justice saura leur sort régler
La dix-septième chambre, futur lieu du procès.
Et pendant ce temps-là, sont acceptées les plaintes
De voilées, jupes longues, lesquelles seraient contraintes
Par discrimination de devoir enlever 
Leurs voiles , de raccourcir les robes incriminées.
Sauf erreur, risque de me tromper, nous sommes en France
Le pays où la minijupe a pris naissance
Et des mahométanes voudraient nous imposer
Leurs moeurs, leur religion et leur débilité ?
Je suis Française, avec sa spécificité
On ne pourra jamais me couvrir, me bâcher.
Tant pis pour ces centaines de milliers d'étrangers
Qui voudraient à leurs désirs, la France faire plier.
Quand bien même les instances veulent plus de mosquées
Parce que pour eux ils sont susceptibles de voter,
Par préférence baboucholâtre électorale
Ils ont promu le pire et accepté le mal.
Il fut un temps où l'on pouvait s'en insurger
Faire montre d'une ire, hurler et décrier
Les propos qui ne seraient guère nuancés
A ce jour, ils sont fichés et répertoriés.
Il faut bien du courage, de la ténacité
A l'instar de Ménard, Zemmour, notoriétés
Qui ne bêlent pas avec la dite-majorité
Penser différemment, le voilà le progrès.
La "liberte d'expression" n'étant qu'une notion
Aux ordres du pouvoir et de ses  trublions
Il va falloir songer à différentes actions
Afin de faire face aux menaces d'exactions.
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article