TRIBUNE LIBRE

Un véritable gouffre financier !

14 Avril 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Economie

Selon un document de la Cour des comptes, la politique d'asile en France, dont le coût avoisine les 2 milliards d'euros par an, "est au bord de l'embolie" et n'est "pas soutenable à court terme".

Un véritable gouffre financier !

Qu'est-ce que le droit d'asile ? C'est la protection qu'accorde l'État Français à un étranger qui ne peut, contre la persécution, bénéficier de celle des autorités de son pays d'origine. En théorie, il s'agit d'un principe naturellement noble qui vise à apporter notre secours à des personnes, mais en pratique, la politique d'asile est devenue la principale source d'arrivée d'immigrants clandestins en France.

Selon la Cour des comptes, les "dépenses totales effectuées pour les demandeurs d'asile" sont en hausse de 60% sur ces cinq dernières années. Il faut savoir que, pendant le traitement de son dossier, un demandeur d'asile a le droit à la Couverture Maladie Universelle (CMU) ou à l'Aide Médicale d’État (AME), il a également le droit à une Allocation Temporaire d’Attente (ATA) qui s'élève à 11,35 € par jour, soit 340,50 € pour un mois de 30 jours. Une fois qu'il est entré en centre d’accueil pour demandeurs d'asile, le réfugier peut prétendre à l'Allocation Mensuelle de Subsistance (AMS) d'un montant compris entre 91 et 718 € par mois. Ajoutez à cela le logement gratuit et la scolarisation gratuite des enfants, et vous arriverez à un total d'un milliard d'euros.

Mais ce n'est pas fini. En effet, dans la théorie, une fois qu'une demande d'asile est rejetée, le demandeur est dans l'obligation de quitter le territoire Français. Mais là aussi, en pratique, "seul 1% des déboutés sont effectivement éloignés", pour les autres, "ils restent en France en situation irrégulière". Pour les déboutés, le montant des dépenses "serait équivalent à celui consacré aux demandeurs d'asile", à savoir un milliard d'euros par an. De ces calculs découle une facture globale de 2 milliards d'euros par an pour environ 60 000 personnes concernées.

Alors que le rapport de la Cour des comptes préconise notamment de "réduire le montant des allocations mensuelles versées aux demandeurs d'asile", de mettre en place un "guichet unique" de traitement des dossiers et d'"exécuter les obligations de quitter le territoire français pour les personnes déboutées", le commissaire aux droits de l'homme du conseil de l'Europe ne l'entend pas de cette oreille. En effet, dans un rapport remis en février, celui-ci a exhorté la France à mieux accueillir les demandeurs d'asile.

Ce rapport confirme donc l’ensemble des analyses faites par le Front National depuis des années. Encore une fois, les Français sont condamnés à payer la facture du laxisme socialiste. Mais combien de temps le pourrons-nous encore ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article