TRIBUNE LIBRE

Appellation française non contrôlée.

24 Avril 2015 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

Appellation française non contrôlée.
Depuis quelques années, un certain matraquage
Tend à nous faire prendre des vessies pour des lanternes :
La sémantique oscillant entre balivernes
Et billevesées au service des pros du verbiage.
Ainsi un fait divers passé inaperçu
Illustre à merveille cette assertion incongrue,
Cinq Français ont été arrêtés à Phuket,
Qu'importe le délit, la dénomination
"Ressortissants français" induit quelques questions
A la lecture des patronymes et vu leurs têtes.
Un Kevin Tahiango Theodore Okito
Ou un Accel Jonathan Poaty Pambou,
Mel Duval Poaty, ça a un "avant-goût"
Du melting-pot qu'on nous concocte depuis là-haut.
Cinq africains qui par magie du droit du sol
Sont appelés français, qui s'y fie est bien fol.
Quatre noirs , un arabe, ça nous ressemblerait ?
Un Samir Maruof serait de nos contrées, 
Un Jessy Bianvenu Vincence assimilé,
Sous prétexte qu'ils auraient la carte d'identité ?
L'âne qui nait dans une écurie n'est pas cheval
Et il faut être fou pour trouver ça normal.
Ces français ne seront jamais que de papiers
Reconnus par une administration tarée,
Revanchards et haineux et incivilisés
Ils reproduisent ici ce qu'ailleurs ils fuyaient.
Il faut bien reconnaître que les pros du langage
Ont modifié la dialectique en avantage.
Ainsi on ne dit plus "un jeune" pour un suspect
Qui pourrait suggérer la notion d'étranger
Faut dire qu'on sait la dialectique analyser
Et le politiquement correct contourner.
Désormais on use sans vergogne du gentilé
Un terme qui suppose qu'ici il serait né.
Dorénavant, on appelle les gens  suspectés
Par euphémisme du lieu où ils habiteraient.
Sans parler d'une certaine chrétienne charité
Qui incite à tout effacer ou pardonner
Ils ne sont pas camerounais, ni angolais
Ils sont Français par grâce du bénédicité.
Aussi lit-on dans la rubrique "chiens écrasés"
Ou "faits divers" selon la dangerosité
Entre douces arnaques, braquages à main armée
Ces nouveaux nivernais, parisiens ou niortais.
Et qu'il soit étranger d'origine ou de fait
Est dérisoire, on l'a défini comme Français.
Ma question est comment savoir les distinguer
Hors manque de majuscule ou autres "guillemets"
La novlangue au secours de nos tracasseries
Quand le pas d'amalgame nous cause réel souci.
C'est qu'à moins d'être sourd, aveugle ou trop gentil
Est surreprésentée une espèce par délit.
Quand chaque ethnie peut se prévaloir de méfaits
Qui ne pourraient être attribués à des Français.
Les minusculiser serait la solution
C'est juste histoire de faire la différenciation
Car ces gens-là ne sont et jamais ne seront
Français comvouzémoi malgré les injonctions
Leur carte ne vaudra des millénaires d'histoires 
Tant pis si on me taxe de raciste notoire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article