TRIBUNE LIBRE

Laïcité dans les cantines.

17 Mars 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Politique

De nos jours, quelques maires se réveillent et prennent des décisions qui vont à l'encontre de la bien-pensance.

Laïcité dans les cantines.

Souvenez-vous, l'année dernière, quelques maires avaient fait parler d'eux pour avoir fait supprimer les repas de substitution sans porc dans la cantine scolaire de leur commune (1), ce qui avait provoqué la grogne des parents musulmans et les attaques des médias aux ordres qui se sont rués sur cette affaire. Le plus étonnant, c'est que ces courageux maires étaient étiquetés UMP, Divers Droite voire même MODEM.

Aujourd'hui, un élu UMP s'ajoute à la liste : Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône a décidé de retirer les menus de substitution sans porc des cantines de sa ville sous couvert du principe de laïcité. Un acte d'autant plus courageux d'autant qu'il met fin à un système qui a été installé il y a 31 ans. L'élu explique que "il est indispensable de revenir à une pratique exigeante du vivre-ensemble". Gilles Platret affirme que "l'offre de restauration ne peut pas prendre en compte des considérations religieuses. Proposer un menu de substitution dès lors que du porc est servi, c'est opérer une discrimination entre les enfants, ce qui ne peut être accepté dans le cadre d'une république laïque" ajoutant que "les cantines scolaires de Chalon doivent redevenir des espaces de neutralité". De sages paroles que beaucoup refusent d'exprimer par simple opportunisme électoral.

Le plus étonnant est que chaque affaire de ce genre attire les journalistes et enflamme les bien-pensants, toujours enclin à protéger le musulman de France, alors que cette décision de supprimer les menus de substitution sans porc dans les cantines est conforme à la charte de laïcité distribuée par le gouvernement. La voici :

Laïcité dans les cantines.

Lisez le point numéro 6 : "La laïcité offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l’apprentissage de la citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix". Pour les plus petits, qui ne sont pas en âge de comprendre la religion, le fait de ne pas manger de porc est quelque chose qui leur est imposé par leurs parents musulmans, ce n'est donc pas "leur propre choix". Les repas sans porc sont une contrainte religieuse qui, pour les enfants les plus jeunes, peut être apparentée à du prosélytisme. Et si l'on en croit cette charte officielle, la laïcité se doit de protéger les enfants de ce prosélytisme : les décisions qu'ont pris certains maires vont donc dans ce sens.

Lorsque certaines communautés religieuses deviennent trop envahissantes, il appartient à nos hommes politiques de taper du poing sur la table et de dire stop. C'est exactement ce qu'à fait Gilles Platret en prenant sa décision. Arrêtons de faire de la laïcité un principe à géométrie variable, il est grand temps que celle-ci soit appliquée comme elle le devrait !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article