TRIBUNE LIBRE

La révolution Française... de souche.

6 Mars 2015 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

La révolution Française... de souche.

Alors qu'à ce jour, depuis près de deux semaines

Une polémique enfle, les invectives s'enchaînent,

Français de souche ou pas, là serait la question

Ou plutôt quelle en est la signification.

Bataille lancée par notre maître es élégances

Ce qui nous sert de président en l'occurrence.

Car le terme employé dans un sens bien précis

Le fut pour le railler, cochon qui s'en dédit.

Suite à une lâche attaque d'un cimetière juif,

Gouda Premier nous a servi tous les poncifs.

A quoi bon préciser que les profanateurs

Des tombes de Sarre-Union,  sont en fait sectateurs

De l'extrême gauche, des Mélenchon-adorateurs

Qui hors l'islam ont les religions en horreur.

A quoi bon justifier l'amalgame outrancier

Qui fait d'un AOC une généralité,

"Antifa Obsessionnel Compulsif", français ?

Sans doute de longue lignée d'un chêne enraciné,

Mais qui n'aurait produit que des glands avariés

Juste bons à empoisonner les sangliers...

Français de souche, "comme on dit" a-t-il précisé

Afin de s'écarter de toute ambiguïté,

Des fois qu'on le soupçonne de quelques accointances

Ou juste d'avoir quelqu'inclination pour la France.

Il n'est pas du genre à manger de ce pain-là

Ce serait plutôt l'Autre pour lequel son coeur bat,

Ce Français de papiers ou administratif

Celui venu d'ailleurs ou, de fraîche date, natif,

Celui, selon les normes de la citoyenneté,

Qui n'a besoin que d'être sur notre terre, né.

Ainsi ce n'est pas sans une surprise certaine

Que des patronymes ne fleurant la France Ancienne

Se retrouvent à la une, rubrique faits divers

Sous l'appellation de "Français", novlangue confer...

Ainsi par on ne sait quel truchement sémantique

Voire le goût pour une satire humoristique

On occulte les noms quelque peu exotiques

Et on livre en pâture ceux qui sont plus classiques.

Et après, ça pinaille, ça chouine et ça s'étonne

Que l'exaspération monte chez les autochtones

Qui entre moqueries, mépris et dérision

Sont maltraités tant sur la forme que sur le fond.

Et après, ça nous pousse des hurlements d'orfraie

Ca éructe, ça menace, ça ose vitupérer

Que le Front National soit en tête des votes

Quand eux-mêmes distribuent insultes et calottes,

Ces Valls, Cambadélis, Cazeneuve et consorts

Qui dans l'ignominie vont plus loin et plus fort.

Personne pour se soucier des sans-grade, des sans-dents

Si ce n'est pour railler leur franchouillarderie,

L'attachement à leurs racines comme un délit,

L'ostracisme toujours, l'amalgame souvent.

A force de nier jusqu'à leur existence

Faut pas se plaindre qu'ils fassent de la résistance,

Et s'il fallait vous donner un unique conseil,

La colère d'un peuple n'est toujours qu'en sommeil.

Poème dédicacé à tous les patriotes identitaires.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article