TRIBUNE LIBRE

La "Grande Boucle" à Manu.

3 Mars 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Politique

Depuis le lancement des départementales 2015, Manuel Valls fait son petit tour de France pour faire campagne contre le Front National, à tel point que nous ne savons plus s'il est ministre ou candidat.

La "Grande Boucle" à Manu.

Nous avons pu le voir au salon de l'agriculture où les problèmes rencontrés par les exploitants n'avaient vraiment pas l'air de l'intéresser. Non, si le premier ministre était là, c'était pour marquer le début de sa campagne anti-FN en allant jusqu'à déclarer que "les valeurs de travail, de solidarité, de mérite, cette volonté de transmettre ce savoir-faire à la jeunesse, cette qualité que l'on ressent ici, sont aux antipodes de ce qu'est l'extrême droite" (1).

Mais c'est dans un meeting à proximité de Carcassonne que Manuel Valls s'est vraiment lâché allant jusqu'à affirmer que "L’extrême droite n’aime pas la République et sème le poison de la division et du racisme". Pourtant ce n'est pas le parti à la flamme qui n'a que les mots "communauté ceci" ou "communauté cela" à la bouche. Marine Le Pen l'a dit : elle "ne reconnaît que la communauté Française". Qui donc entre ces deux personnages a le discours qui divise le plus ? Quant au racisme, voyons la définition (2) : Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l'existence de races humaines, considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d'autres. Cette idéologie peut entraîner une attitude d'hostilité ou de sympathie systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes. Qui est là aussi le plus raciste des deux ?

Poursuivons. Toujours selon le premier ministre, "L’extrême droite, ne mérite pas la France. Je n’ai qu’un adversaire, la France n’a qu’un adversaire.Ce n’est pas seulement l’adversaire principal de la gauche mais du pays". Vous remarquerez que ce discours, étant de gauche, ne cherche absolument pas à diviser. Pas du tout ! Manuel Valls annonce juste clairement que 33% des Français sont des ennemis. Comme nous aurions aimé le voir aussi sévère à l'égard de l'islamisme...

Une fois arrivé là, c'est le moment pour l'ancien ministre de l'intérieure de placer "les valeurs de la république" que tous sont en droit de revendiquer à l'exception du Front National : "Je lance un appel solennel à tous les républicains pour battre le Front national dans chaque canton pour faire vivre les valeurs de la République". Là encore, un "appel solennel" à tout faire pour qu'un tiers des Français ne soient pas représentés sous prétexte que ces derniers voteraient mal. Ne sont-elles pas belles les "valeurs de la république" ?

Le marathon anti-patriote de Monsieur Valls est pourtant financé par nos impôts à hauteur de 33%, mais notre argent n'est apparemment pas aussi nauséabond que nous. Et puis c'est toujours ça de moins que l'irréprochable Parti Socialiste aura à régler le moment venu. Voilà ce qu'est devenu notre pauvre France : un immigré, Français de papier, peut se permettre de dire à des Français de souche et de sang, pour la plupart, qu'ils ne méritent pas leur propre pays. Et le plus beau, c'est que nous payons pour nous entendre dire cela...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article