TRIBUNE LIBRE

Une profanation qui fait couler de l'encre.

16 Février 2015 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Faits Divers

La communauté juive a découvert lundi avec effroi, dégoût et consternation, les tombes profanées du cimetière juif de Sarre-Union.

Une profanation qui fait couler de l'encre.

A l'heure où quelques 200 tombes d'un cimetière juif situé dans le Bas-Rhin ont été saccagées, le Parti Socialiste essaie de nous refaire le coup de Carpentras. Pour ceux qui seraient trop jeunes pour s'en souvenir ou qui n'étaient peut-être pas nés lors de ces événements, voici un petit rappel historique. Nous sommes en 1990, François "Francisque" Mitterand est au pouvoir et le Front National est alors en pleine ascension électorale. Dans la nuit du 8 au 9 mai, 34 sépultures juives sont profanées : stèles renversées et brisées. Le parti de Jean-Marie Le Pen est pointé du doigt par la classe politique afin d'empêcher toute possibilité d'alliance entre le Front national et la droite parlementaire.

25 ans plus tard, les socialistes n'ont pas changé de stratégie. Nous sommes en 2015, le parti de Marine Le Pen atteint des sommets de popularité quand tout à coup, un cimetière juif est profané. Et c'est à ce moment-là que Philippe Bies, député socialiste, arrive avec ses gros sabots et déclare la chose suivante :

allant même jusqu'à insinuer sur Facebook que le parti à la flamme incitait à l'antisémitisme alors que ses membres ont condamné cette profanation.

Nous avons également eu droit au défilé des clowns du gouvernement. Bernard Cazeneuve affirme que "la République ne tolérera pas cette nouvelle blessure qui meurtrit les valeurs que tous les Français ont en partage". Tous les Français ? Vraiment ? Pourtant tout porte à croire que certains "Français" sont enclins à importer le conflit israélo-palestinien jusqu'à l'intérieur des cimetières, comme si les rues de Paris ne suffisaient pas. François Hollande a fermement condamné cet acte et promis que "tout sera mis en œuvre dans les meilleurs délais pour que les auteurs de cet acte odieux et barbare soient identifiés et punis". Il faut donc que le Parti Socialiste s'attende à perdre encore quelques voix lors des élections à venir.

Bref, comme d'habitude la gauche est au garde à vous, la main sur le cœur, condamnant les salauds qui piétinent les sacro-saintes "valeurs de la république". Mais où étaient-ils tous ces consternés de service le 7 février dernier lorsque le cimetière de Sevran a été profané ? On ne les a pas non plus entendu condamner les quatre profanations d'églises dans l'Ain la même semaine. Nous n'avons d'ailleurs pas non plus entendu les journalistes, eux qui se sont montrés si appliqués à dénoncer l'attaque aux lardons de la mosquée d'Auch. La Chrétienté ne serait-elle pas assez bien pour faire partie des "valeurs de la république" ?

Tout comme le fameux "esprit du 11 janvier", les jérémiades autour de cette profanation, que je condamne à titre personnel, ne sont faites que dans un but électoral, afin d'essayer de gratter quelques voix à la communauté juive qui ne sont plus dupes et qui se tournent de plus en plus vers le Front National...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article