TRIBUNE LIBRE

Le rouge et le vert, chronique éducative du XXIe siècle.

18 Novembre 2014 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Société

Comme nous en avions déjà parlé lors d'un précédent article (1), l'école de la république, déjà en état de déliquescence totale, s’apprête à voir débarquer un système de notation d'un nouveau genre.

Le rouge et le vert, chronique éducative du XXIe siècle.

Nous l'apprenons ce matin dans le Figaro : Najat Vallaud-Belkacem n'est pas très inspirée par les chiffres. Non, celle-ci préfère les couleurs, en particulier le rouge et le vert. Vous vous dîtes sûrement : "Mais je m'en fiche des goûts personnels de la Marocaine !", mais sachez que je ne vous parle pas là du choix de la couleur de son prochain pullover mais bien du nouveau système de notation qui pourrait être mis en place dans nos écoles très prochainement.

Le débat sur les notes est relancé. Notre bon vieux système de notation, que le Présiflan surnomme lui-même "évaluation sanction" sera peut-être prochainement remplacé par l' "évaluation positive". C'est beau comme une discrimination ! Mais en quoi cela consiste exactement ? Il s'agit en fait d'une grille d'évaluation qui débouche sur deux "notes" possibles : une verte pour celui qui a réussi et une rouge pour celui qui devra retravailler son sujet. Un système qui me rappelle celui que j'ai connu à la maternelle lorsque mon institutrice distribuait les "feux verts" ou les "feux rouges" selon si on avait été sages ou turbulents.

Mais que pensent les parents de tout cela ? Un premier sondage nous explique que 80% des parents sont favorables aux notes, 76 % jugent que l'usage des notes sous forme de moyennes est "une bonne chose", 90 % font état d'un sujet qui les angoisse passablement et 75 % y voient "un facteur déstabilisant pour l'élève" (sondage OpinionWay). Un second sondage nous démontre que 73% des parents sont favorables à "une diminution du poids des notes dans l'appréciation du cursus à l'école", 87% de ceux dont les enfants sont scolarisés en ZEP souhaitent "une baisse de l'importance des notes" (sondage OpinionWay).

Une pétition pour la suppression des notes, signée d'une vingtaine d'intellectuels parmi lesquels le neuropsychiatre Boris Cyrulnik et le pédopsychiatre Marcel Rufo, nous expliquait en gros que "la couleur" serait "moins rude que la note". Mais concrètement, cela change quoi ? Lorsque j'étais à l'école, mes parents faisaient la chasse aux notes inférieures à 10. Avec ce nouveau système, les parents feront donc la chasse au rouge. Quant aux élèves, celui quiaura un vert sera heureux et celui qui aura un rouge sera frustré, au même titre que s'ils avaient obtenu 14 et 8. Et comme le faisait remarquer sur Twitter Madame Michu, "on peut aussi donner des images Pokemon à la place des diplômes"...

Dans un précédent article sur ce sujet (1), j'écrivais ceci : Autre débat en cours, l'arrêt du système de notation chiffré car, comprenez-vous, il ne faudrait pas que les élèves moins bons se sentent dévalorisés par rapport à leurs camarades qui eux, se donnent les moyens d'obtenir de bonnes notes. Du temps où j'étais à l'école, les notes servaient de vecteur à une saine compétition : tu as eu une meilleure note que moi ? Attends le prochain contrôle, je vais te mettre la pâté ! Et tous ensemble, nous nous tirions vers le haut afin de réussir à avoir une meilleure note que notre voisin. De mon temps, lorsqu'on échouait, c'est que l'on n'avait pas assez révisé sa leçon et en plus de la mauvaise note, nous avions droit aux remontrances du professeur. Mais aujourd'hui, si un élève ne réussit pas, ce n'est pas de sa faute mais pour qu'il ne se sente pas mal, il faut ramener les autres élèves à son niveau. C'est grâce à ce nivellement par le bas que de nos jours, à dix-huit ans, la plupart des jeunes ne savent pas écrire convenablement le Français.

Mais quel est donc ce dogme qui consiste à vouloir éviter à tout prix la déception et la frustration à nos enfants ? ils découvriront forcément ces sentiments à l'âge adulte car le monde d'aujourd'hui est impitoyable et ne fait pas de cadeau ! Quel sera alors leur état psychologique le moment venu ? Après avoir ruiné notre pays, les socialistes s'attaquent désormais à nos enfants. Il est de notre devoir de ne pas les laisser faire !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article