TRIBUNE LIBRE

Sale temps pour la pensée gauchiste.

15 Octobre 2014 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Faits Divers

Annulation de représentations théâtrales et de concerts faute de spectateurs, les temps sont durs pour les personnalités de gauche qui se plaisent à répandre la pensée unique.

Sale temps pour la pensée gauchiste.

La première victime de la bien-pensance n'est autre que Yannick Noah, actuellement en tournée, qui a du mal à vendre ses places de concerts. Pendant la campagne des élections Européennes, le chanteur avait sorti une chanson nommée "Ma colère", qui figure sur l'album "Combats ordinaires", où il crachait allègrement sur le Front National et ses électeurs. Dans l'émission 50 minutes inside diffusée sur TF1, l'artiste a déclaré avoir "dû prendre des positions qui n'ont pas forcément été entendues, comprises". Mais bien au contraire, ses positions ont bien été reçues cinq sur cinq et elles sont la conséquence directe de sa bérézina. Un quart des Français ont voté pour le Front National lors des dernières échéances électorales, il devait bien y en avoir dans le tas qui écoutaient l'ancien tennisman. Dommage pour lui, cette mésaventure lui apprendra peut-être à se taire !

La seconde victime de sa propagande n'est autre que Bernard-Henri Lévy dont la pièce de théâtre, "Hôtel Europe", a fait un gros flop. Conséquence, le philosophe a dû mettre un terme aux représentations qui auraient dû se dérouler jusqu'au 3 janvier prochain. Le monologue d’un auteur qui a précisément 1h50 pour rédiger un discours célébrant le centenaire de la guerre de 14-18 dans une chambre d’hôtel à Sarajevo n'a pas séduit le publique. Pourquoi les gens dépenseraient-ils 39€ pour voir une pièce d'un "ennui abyssal" (1) alors qu'il leur suffit de regarder ce qu'il leur reste sur leur compte en banque en fin de mois pour se rendre compte que l'Europe est en train de les ruiner ? Et bien monsieur le va-t-en-guerre a obtenu la réponse...

Aujourd'hui sort dans les salles obscures le dernier film mettant en scène Omar Sy dans le rôle d'un clandestin sénégalais. Le cliché du sans-papier qui enrichit la France est de retour avec tout son florilège de mixité, de métissage et de bien-pensance. Cet énième film de propagande immigrationniste et métissolâtre fera-t-il un flop comme les derniers qui l'ont précédé ? Nous le serons dans un avenir proche. Mais si c'est le cas, cela confirmera que les Français rejettent désormais de plus en plus la propagande officielle et que le réveil est en cours.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article