TRIBUNE LIBRE

Ebola fait son entrée dans le dictionnaire du racisme.

14 Octobre 2014 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Société

Il y a une semaine, une fratrie d'enfants revenue de vacances de Guinée, a créé la polémique dans une école de Boulogne-Billancourt où des parents, inquiets pour leur progéniture, avaient décidé de ne pas mettre leurs enfants à l'école afin d'éviter une éventuelle contagion par le virus Ebola.

Ebola fait son entrée dans le dictionnaire du racisme.

Une famille d'origine Africaine soi-disant stigmatisée, il n'en fallait pas plus à BFM WC pour envoyer les caméras dans l'appartement de cette dernière et pour faire témoigner la mère devant l'objectif (1). Vous apprendrez qu'appliquer le principe de précaution pour sauvegarder la santé (et dans ce cas la vie) de vos enfants, c'est du racisme ! Oui, le mot est lâché... La seule chose que les parents ont pris en compte, c'est le fait que la famille soit noire et non pas la véritable pandémie qui s'étend sur le territoire Guinéen. A moins qu'Ebola soit devenue une insulte raciste ?

Fatoumata, la mère des enfants en question, s'est donc exprimée en ces mots :"Je n'aurais jamais ramené un enfant malade à l'école, comme tout parent". Peut-être, laissons-lui le bénéfice du doute... Mais cette femme est-elle une spécialiste du virus ? Lorsque l'on sait que la période d'incubation peut atteindre les 21 jours, comment pouvait-elle être sûre à 100% que ses enfants, tout juste revenus de Guinée, n'en étaient pas porteurs ? Mais rassurez-vous, tout va bien ! L’Éducation Nationale s'assure même que la température des chérubins soit bien prise chaque matin...

Cette histoire va-t-elle se terminer devant le tribunal portée par une association communautariste subventionnée comme SOS Racisme ou encore le CRAN, prêts à tout pour faire entrer quelques euros supplémentaires dans le tiroir caisse ? L'avenir nous le dira... Mais une chose est sûre, en tant que parent, j'aurais réagit de la même manière en retirant mes enfants de l'école. Comme dit le dicton : prudence est mère de sûreté ! Et quand la santé ou la vie d'un enfant est en jeu, on est jamais trop prudent.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article