TRIBUNE LIBRE

Le vote de la honte !

17 Septembre 2014 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Politique

Hier, Manuel Valls passait son second grand oral à l'Assemblée Nationale afin de savoir si les députés lui accorderaient leur vote de confiance.

Le vote de la honte !

Après un discours que Marine Le Pen a qualifié de "vide" voir "ridicule", les différents groupes de l'hémicycle ont défilé chacun leur tour afin de s'adresser au Premier Ministre. Apparemment, tous sont d'accord sur une chose : il faut barrer la route au FN ! Était-ce ce qu'on leur avait demandé ? Non, mais apparemment tous ont cru bon de l'exprimer nous montrant ainsi la vision de la démocratie de nos politiciens.

Après ce défilé de personnalités surpayées, l'heure était venue de passer au vote. Une demie heure plus tard, les résultats tombaient : les députés accordaient leur confiance au gouvernement socialiste par 269 voix contre 244. Une très courte majorité qui suffit néanmoins à conforter Manolito à continuer sur sa lancée.

Durant des jours et des jours, dans les journaux télévisés, on nous avait parlé de frondeurs : des socialistes qui n'étaient soi-disant plus en phase avec le gouvernement. Qu'ont-ils donc voté ? Et bien certains ont baissé la culotte et ont voté la confiance tandis que d'autre ont voté blanc, ce qui revient exactement au même. Ça valait bien la peine d'en faire tout un patacaisse !

Le vote de la honte !

Mais la vérité est ailleurs et je vais vous la dévoiler. La vérité c'est que tout ce petit monde n'a pas voté la confiance au gouvernement Valls. Non ! Tous ceux qui ont voté "oui" l'ont fait pour une seule et unique raison : sauver leurs privilèges et leur salaire ! En cas de dissolution de l'Assemblée, ils savaient très bien que le peuple, agacé par François Hollande, n'aurait pas beaucoup voté pour le Parti Socialiste. Il est donc inconcevable de perdre toutes ces indemnités et tant pis si le pays coule tant qu'ils touchent leurs 10 000€ par mois.

Selon les sondages, François Hollande et son gouvernement se situe autours de 13%. Le vote d'hier n'est donc pas le reflet de ce que pense le peuple souverain. Vous me direz, il en va de même pour l'Assemblée Nationale où 6 421 426 Français sont représentés par deux députés alors que les écologistes qui représentent, eux, 828 345 électeurs en forment un groupe de 17. Et ceci n'est pas prêt de changer. En effet, les socialistes ne se risqueront pas à mettre la proportionnelle en place (malgré la promesse qui avait été faite), pas plus que l'UMP qui la défini d'ailleurs de "poison institutionnel".

Donc voilà, Manuel Valls a obtenu sa confiance à la majorité relative et est donc libre de continuer à couler le pays en compagnie de sa bande de bons à rien. Les députés, eux, sont heureux de conserver tous leurs avantages ainsi que leur salaire indécent. Et pendant ce temps là, les Français dont il était question hier, vont continuer à se serrer la ceinture en rêvant à des jours meilleurs et en espérant que le temps qui nous sépare des élections présidentielles de 2017 va passer très vite. A moins que, sans que nous le sachions encore, une révolution soit en marche ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article