TRIBUNE LIBRE

Enfin un début de solution !

12 Septembre 2014 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Politique

Après plus de deux ans à l’Élysée à ne rien faire à part grossir et se (nous) ridiculiser, François Hollande a enfin trouvé une solution à un problème.

Enfin un début de solution !

En effet, dans un entretien accordé au Nouvel Observateur le 10 septembre dernier, le Président nous livre sur un plateau la manière dont le peuple doit s'y prendre pour que Sa Majesté daigne bien dissoudre l'Assemblée :

"Il n'y a que deux situations où cette hypothèse de la dissolution est envisageable. D'abord, la paralysie du pays par la rue, par la grève générale, un genre de Mai 68 à rebours, comme la droite a tenté de le faire sur le mariage pour tous, ou encore les grèves de décembre 1995, à l'époque où Juppé était Premier Ministre, qui ont entraîné la dissolution de 1997. L'autre hypothèse viendrait de la majorité qui se dérobe, comme l'a vécu Pompidou en 1962. Dans les deux cas, il faut qu'il y ait impossibilité de gouverner, qu'il y ait blocage".

La majorité qui se dérobe, n'y croyons pas trop. Les députés du PS ne risqueront jamais de perdre leur salaire, seule motivation qui les poussent à être là car en cas de législatives anticipées, combien reviendraient au Palais-Bourbon ? Quant aux Verts, dont la plupart des députés le sont grâce au PS qui leur a laissé des circonscriptions, ils y perdraient toutes leurs plumes.

Mais ne vous réjouissez pas trop vite. Même si Hollande envisage une éventuelle dissolution, il ne compte pas démissionner ! En effet, dans le même entretien, ce dernier a déclaré "Aucun sondage, aucun remous politique ne me fera partir". La gamelle est trop bonne et rien de tel que d'être Président de la République pour draguer la petite minette.

Ce socialiste de bas étage n'est que la caricature du plus mauvais sosie du Général de Gaulle qui, en 1969, a quitté la fonction présidentielle parce qu'il n'y avait "plus que" 47% des Français qui lui faisaient confiance. François Hollande est a 13% dans les sondages, il ne se risquera donc pas à miser son avenir via un référendum comme l'a fait le Général.

Mesdames, Messieurs, nous savons maintenant ce qu'il nous reste à faire. La balle est dans notre camp ! Nous pouvons tout de même tirer notre chapeau à notre Président qui vient de nous apporter la solution pour nous débarrasser du plus gros problème que connaît la France actuellement : lui-même et son gouvernement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article