TRIBUNE LIBRE

La virilité s'envole avec les testicules des hommes.

5 Août 2014 , Rédigé par Oreliane Publié dans #Oreliane

La virilité s'envole avec les testicules des hommes.

S’il est une constante en ces temps dépravés,

C’est cet acharnement méthodique à nier,

Au nom du sacro-saint principe d’Egalité,

Les différences entre hommes et femmes avérées.

Il ne suffit pas seulement de sublimer

La femme, pour ses attraits, sauf sa féminité,

Mais surtout de dénier à l’homme ses qualités

Homme castré, homme bafoué, homme dévirilisé,

Midinette fragile, devenu asexué.

C’est flagrant dans la mode et la publicité

Où il est, plus qu’à son tour, ridiculisé,

Moqué et méprisé, honni et détesté.

Il faut du temps pour changer les mentalités

Un combat entamé il y a quarante années

Par certaines obédiences et lobbies étrangers,

Afin de s’assurer perte de souveraineté.

Sans une seule bataille, sans guerre déclarée

Hormis leurs insidieuses et pernicieuses pensées

Une décadence voulue, planifiée, programmée

Que ne s’oppose à ce but nulle velléité.

Une « fabrique de crétins » ou l’« idiocratie » louée,

L’homme-masse est plus facile à lobotomiser,

Sans histoire, sans futur, sans présent ni passé

Sans connaissances, vous appelez ça le progrès…

Serait-ce coïncidence que la sonorité

Fasse que l’homme-masse puisse être à l’hommasse comparé ?

Serait-ce le signe d’une perte de virilité

D’une société où l’on s’effare au moindre pet ?

L’éducation nationale s’étant attribuée

La vertu du « comment savoir et bien penser »

Il a suffi de modifier les mœurs ancrées

Par la féminisation des corps de métiers.

Certes, c’est un raccourci, mais il peut expliquer

Et ce relativisme et cette médiocrité.

Depuis 68, elles ont l’homme émasculé

Leur compassion, ce qui faisait leur qualité

S’est répandue au point de tout débiliter.

Justice, Education, corrompues, délitées

Par l’angélisme et leur don de tout excuser.

Analysez les conclusions de ces procès

Qui exclusivement condamnent les Français

Sur leur dos fait porter la culpabilité,

La colonisation, l’esclavage, le passé,

Quand l’Autre est pardonné, par les juges, choyé

Et exempté de toute responsabilité,

C’est qu’il ne faudrait pas nous les traumatiser !

Ce deux poids-deux mesures ne peut qu’exacerber

Le sentiment de ne plus être considéré.

Leurs récriminations ne peuvent qu’augmenter

Quand de leurs propres terres, ils sont chassés, spoliés

Par une immigration, lentement remplacés,

A l’emploi et au logement, ils n’ont plus accès.

On vous aura prévenus, si vous vous obstinez

L’européen, à l’ordre, saura vous rappeler !

Cette France bâtie sur mille ans de chrétienté

Ne saurait en un demi-siècle s’effondrer.

Les hommasses pourraient bien redevenir guerriers

Mettre à mal vos expériences d’apprentis-sorciers.

C’est une menace ? Non simplement une vérité

Avec laquelle vous allez devoir composer,

Vous ne soupçonnez pas combien le mâle français

A des ressources qui pourraient bien vous étonner…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Christophe 05/08/2014 18:12

Mes couilles se portent très bien, rassurez-vous. Vous nous faites juste une crise réac.

Babou 05/08/2014 17:10

N'importe quoi ce poème, on croit rêver.

oreliane 06/08/2014 00:18

Vous pouvez expliciter ?