TRIBUNE LIBRE

Contre nous de la tyrannie...

21 Juin 2014 , Rédigé par Jean Némarre Publié dans #Politique

Après m'être échauffé avec quelques sujets d'actualité afin de prendre le pli de la rédaction d'articles, il est maintenant temps que je m'attaque au véritable problème de la France d'aujourd'hui, j'ai nommé : les socialistes.

Contre nous de la tyrannie...

Bilan général.

Les socialistes ont réussi, en un peu plus de deux ans, à mettre la France à bout de souffle. La dette s'alourdit en même temps que les impôts et les taxes, les seules réformes auxquelles nous avons eu droit sont sociétales et ont réussi à diviser les Français, sans parler du désassemblage du peu de loi bonne pour le peuple que le gouvernement Sarkozy avait mis en place (aucun droit de succession sous 150.000€, heures supplémentaires défiscalisées...). Certes le gouvernement précédent ne mérite sûrement pas une médaille, il a également contribué à descendre la France mais au milieu de leurs magouilles, il faut avouer que deux ou trois bonnes choses en sont tout de même ressorties. Ce n'est naturellement pas pour ça que j'irai voter UMP.

Enfin bref, je taperais sûrement sur les gouvernements précédents dans un autre article. Aujourd'hui, je vais me concentrer sur les soi-disant "gentils" autrement appelés "le camp du bien" (du moins aux plus importants sinon ce n'est plus un article que je vais devoir écrire, mais un bouquin) !

François Hollande.

Commençons par le commencement. Nous avons eu droit, lors du débat de l'entre-deux tours en 2012, à un discours patriotique de François Hollande. Mais si, souvenez-vous, "Moi président de la République et patati", "Moi président de la République et patata"... Ça y est ça vous revient ? Bon... Parce que ça avait quand même duré au moins un quart d'heure cette histoire. Bref, comme tout candidat, Hollande avait fait beaucoup de promesses. Où sont-elles passées aujourd'hui ? Sûrement dans une corbeille de l’Élysée.

Voici quelques exemples pour vous rafraîchir la mémoire : fin du cumul des mandats pour les parlementaires socialistes, pas de hausse de la TVA, renégociation du traité budgétaire européen, gels des prix de l'essence, etc. Oubliez tout ça messieurs dames, c'est foutu. Si mes souvenirs sont bons, il avait aussi promis de ne s'entourer que de gens blancs comme neige, des blanches colombes comme on dit. Nous avons donc eu droit à Ayrault condamné pour favoritisme, Désir condamné pour emplois fictifs et Cambadelis poursuivit pour abus de bien social, pour ne citer qu'eux. Que de gens biens dans ce gouvernement de gauche !

Bon, François Hollande, c'est vrai, a été élu par défaut. En face, il y avait Sarkozy qui ne vaut pas beaucoup mieux. Les Français ont donc voté contre ce dernier, et non pas pour Hollande. On aurait peut-être eu un meilleur choix au second tour si les Français arrêtaient de voter avec leurs pieds mais ça, c'est une autre histoire...

Mais qu'a-t-il fait pendant deux ans notre présiflan ? Et bien, il a pris du poids, il a couché à droite et à gauche (surtout à gauche), il a pris la pluie et la foudre, il est passé humoriste adepte de la bonne blague, il nous a ridiculisé, il a frôlé les incidents diplomatiques... Bref, il n'a pas chaumé ! A part cela, il n'y a malheureusement pas grand chose à raconter... Son bilan pour le moment est catastrophique et la France fonce droit dans le mur.

Manuel Valls.

Adolfo Ramirez, le toréador de poulailler adepte des coups de mentons. Un grand homme pour la gauche, le sauveur même, maintenant qu'il est premier sinistre ! Mais avant cela, rappelez-vous, notre Manolito était ministre de l'intérieur.

Alors là, le Français de souche n'avait qu'une chose à faire : se taire. C'est le socialistes qui commandent on vous dit ! Avec l'arrivée au pouvoir de Valls, nous avons eu droit à la mise en place de la police politique et des milices privées du gouvernement.

Tout le monde se souvient de La Manif Pour Tous, forcément, plus d'un million de personnes dans la rue ça marque les esprits. Tout le monde se souviendra également du nombre d'arrestations arbitraires qui ont eu lieu durant cette période chez les manifestants pacifistes ainsi que chez les veilleurs. Les policiers aux ordres n'ont pas hésité à gazer hommes, femmes et enfants à grands coups de lacrymogènes et à embarquer pêle mêle un peu au hasard ceux qui avaient la mauvaise idée de se plaindre.

Le 14 juillet, toute personne surprise à siffler Hollande lors de son passage a eu droit à un contrôle d'identité. Nous avons même pu assister à la fouille d'une poussette. Encore récemment, un homme s'est fait arrêter à cause d'un petit drapeau rose qu'il avait accroché à son vélo. La chasse aux t-shirts roses et bleus est ouverte pour les policiers qui, rappelons-le, sont drôlement moins vaillants lorsque Vladimir* (le prénom a été changé) roule en scooter volé sans casque ou arrache le sac d'une vieille dame.

La police en ayant pris pour son grade, passons maintenant à la milice : les antifas. Les combattants du fascisme et des électeurs du vilain FN. Ils aiment à jouer les justiciers mais finissent parfois la tête contre un poteau lorsqu'ils attaquent, par derrière, des soi-disant skinheads. C'est la malheureuse affaire "Méric". Nous y avons eu droit durant des jours. Pensez-vous ! Un vilain néo-nazi qui tue un pauvre étudiant de gauche, la presse ne pouvait qu'en faire son chou gras. Même si nous avons appris plus tard que ce sont les antifas qui ont agressé les jeunes d'extrême droite, l'un des deux, Esteban Morillo, est toujours incarcéré dans l'attente de son procès pour violences volontaires en réunion et avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner : un comble quand on sait qu'Esteban n'avait pas d'arme (prouvé par l'enquête) et qu'il était en état de légitime défense.

Plus généralement, nous avons entendu Manolo à plusieurs reprises condamner des propos qui visaient l'islam, les juifs... Mais bizarrement, quand une église était dégradée ou qu'un Français de souche se retrouvait à l’hôpital à cause d'une cigarette, molesté par une bande de racaille, là, silence radio ! Nous n'avions pas droit au regard foudroyant et au coup de menton ! Mais il faut le comprendre, le vote communautaire, c'est tellement bien ! D'ailleurs, c'est bientôt le ramadan. Va-t-il, cette année encore, aller casser une petite graine avec ses amis musulmans ?

Christiane Taubira.

L'indépendantiste Guyanaise qui s'est donné pour mission de se venger des méchants colonialistes blancs en détruisant la France. Alors là, attention, il s'agit de l'arme absolue du gouvernement.

On la critique ? C'est forcément parce qu'elle est noire. On critique ses lois ? C'est forcément parce qu'elle est noire. On dénonce sa mise à sac de la justice ? C'est forcément parce qu'elle est noire. Bref, vous l'aurez compris, le Français n'est qu'un sale raciste, ça ne sert à rien de discuter !

Alors cette dame, ministre de la justice, nous a sorti (ou va nous sortir) les lois suivantes :

  • reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l'humanité. Mais attention ! Seulement les blancs ! Il n'est nullement besoin de stigmatiser les musulmans avec la traite négrière arabo-musulmane (qui continue d'ailleurs encore de nos jours).
  • ouverture du mariage aux couples de personnes du même sexe.
  • la grande réforme pénale (qui arrive doucement mais sûrement) et qui permettra aux délinquants, condamnés à moins de cinq ans de prison, de ne pas être incarcérés.

Oui, Christiane Taubira a une grande affection pour les délinquants, surtout lorsque ceux-ci sont un peu plus bronzés que la moyenne et de préférence musulmans. Par contre, pas de pitié pour le blanc qui est, rappelons-le, raciste, xénophobe voir antisémite.

Conclusion.

Il y en aurait beaucoup d'autre à citer mais, cet article étant suffisamment long, je vais me limiter à ces personnages.

Nous avons pu constater la cote de popularité des socialistes lors des dernières échéances électorale et il faut dire que celle-ci n'a rien de très glorieuse.Si ces élus étaient honnêtes et qu'ils avaient un certain sens de l'honneur, ils dissoudraient l'Assemblée Nationale pour repartir sur des bases seines et François Hollande l'incapable démissionnerait de la présidence. Malheureusement pour nous, la gamelle étant trop bonne lorsqu'on est au pouvoir, les élites comptent bien en profiter jusqu'au bout !

Vous l'aurez compris, la France est au bord du gouffre et les socialistes la pousse dans le dos avec une fourche pour l'aider à faire le dernier pas.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article